Ludivina Perales | Comédienne, marionnetiste
19843
home,page,page-id-19843,page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.2.1,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive
LUDIVINA  PERALES
COMEDIENNE & MARIONNETTISTE
Ludivina Perales
Une comédienne?

Je suis comédienne mais pas que….

Je te présente mon parcours et ces drôles de personnages que j’ai eu le plaisir de croiser en route

Tout commence aux Ateliers du WRZ à Paris , où je rencontre et me forme avec Jean-Félix Cuny , c’est le temps du travail du texte, des classiques , des moins classiques, de la voix qui se chauffe. Le début de l’aventure…

Fin de formation et départ pour Madrid , où je rencontre des artistes de rue , alors je me lance timidement…

Je rencontre aussi :  Enriqueta Bullrich qui m’invite à la rejoindre dans son Laboratorio et monte Noces de Sang de Garcia Lorca (Rôle de la Femme) , en version Kabuki « réinventé » Le corps prend alors le pas sur la voix…C’est beau Madrid !

Retour éclair à Paris où Monsieur Minuscule m’initie au clown. Drôle et décisive idée !

Quelques mois plus tard je m’envole pour Buenos Aires en Argentine , et là que d’aventure (stage de clown, rencontre de flamenco, spectacles) !

Le nez rouge m’appelle encore plus fort , je me balade entre les ateliers de Marcelo Katz, les stages de Gabriel Chame ou encore Cristina Marti ! Le clown et sa technique du moment présent vont avoir une importance fondamentale dans ma recherche créative sur le plateau

Un jour, c’est la Compagnie franco-chilienne de l’Absolu Théâtre qui croise mon chemin… Là c’est le théâtre de la poésie du corps. On monte une libre adaptation de Big Fish , nous donnons vie à ce spectacle avec des masques et de la marionnette. Puis départ au Chili pour donner des stages dans la Région fragile du Maule (tremblante en 2010 suite à un extraordinaire tremblement de terre).

Et le masque alors ?? Retour à Paris et passage obligatoire entre les mains du magistral Luis Jaime Cortes , et c’est parti pour une formation autour du masque et de la Comedia dell’ Arte

Puis le temps passe, je joue dans des spectacles aux formes variées ( théâtre à texte, jeune public, art de rue….). Les danseuses du Collectif Les Ailes du Serpent m’emmèneront danser dans la rue , créer en instantané avec le public, avec la rue, que de bonheur et de partage intense avec le public !

Mais quelque chose me trotte toujours dans la tête.

La marionnette. On peut donner vie , voix et corps à autre chose que soi-même ? Plus de quatrième mur depuis bien longtemps , mais un objet qui deviendrait un vecteur de communication avec le public ? J’aime bien !

Je rejoins avec un bonheur infini le Naxos Théâtre pour le « Journal d’Anne Franck », mais aussi je donne vie sur table aux marionnettes de la Compagnie IMLA.

Pour mieux comprendre , je bricole des marionnettes modestement !

Nadine Delannoy (incroyable plasticienne) mais aussi Arnaud Louski-Pane lors de ma formation au CFPTS , apprendront à mes mains maladroites comment fabriquer , ou essayer de fabriquer !

En plus de la marionnette, de nombreux spectacles jeune public, de théâtre d’improvisation, de déambulation c’est à l’Entre-Sorts et au contact d’Anne Vérone que je découvre le théâtre forum. Cette rencontre renforce encore mon engagement social par le théâtre et l’art en général.

Au final toutes ces rencontres formidables me donnent un tas d’excuses et d’outils pour donner la parole, la voix à ceux qui ne peuvent pas.

Car c’est aussi ça être artiste : être avec les autres pour les autres. On regarde ce monde et on essaie de le questionner, de le photographier, l’embellir, le ramollir, l’assommer, le triturer voilà ce qui m’anime. Nous n’en sommes pas les juges, mais les acteurs.